CameRound One

P1050398

En route vers la dense végétation et les exploitations d’huile de palme. La petite saison des pluies qui est bien entamée me fait grâce de plusieurs jours au sec. Le silence susurre de nouveau à l’oreille de mes nuits, je le troque volontiers contre le brouhaha des générateurs électriques des villes Nigérianes. Le goudron laisse place à la piste puis aux bourbiers, l’exploitation de Cacao commence.

P1050410

Quand y’en a marre, tiens bien la barre

P1050422

P1050429

P1050439

Un petit bain de boue

P1050450

Cacao

P1050453

Bourbier

P1050462

Tais toi ! Es tu Dieu ???

Deux jours suffisent pour passer la Frontière et retrouver la jovialité des douaniers Camerounais, qui fait un bien fou ! Baignade dans la Cross River qui marque la frontière et direction « Otu », le premier village à seulement 8 kilomètres, oui mais lesquels… Cela monte vénère, j’aperçois finalement « Otu » en contrebas, le ciel s’alourdit, je me glisse sous un énorme préau et admire la vallée nocturne dans son habit d’orage, la musique religieuse émanant de l’église laisse place au fracas d’une pluie torrentielle sur l’immense taule qui me sert de toit.

Piste détrempée au petit matin, me permet seulement d’atteindre le village et d’y entamer le démontage de mon garde boue arrière qui fait du zèle en accumulant la terre argileuse qui bloque ma roue.

L’humidité se fait sentir au cœur de cette forêt protégée, Eyumojok m’offre son marché comme premier signe de civilisation. Couvert de boue, on m’offre rapidement un sceau d’eau que je transforme en douche revivifiante ! Goudron Chinois tout beau tout neuf me voiciii !

Je me sens seul sur cette route peu fréquentée de la Région Anglophone du Sud-Ouest. Quelques barrages où l’ambiance est beaucoup plus décontractée qu’au Nigéria, marquent mes premiers tours de roues en Afrique Centrale. Les contrôles sont devenus une parti de plaisir, j’apprends très rapidement qu’il y a la grève des Anglophones dans la région depuis Novembre 2016, Internet a été coupé depuis 4 mois et on vient de découvrir du pétrole dans la région…

Les villages sont beaux et fleuris, je trouve facilement des cours d’eau pour me baigner et laver ma fatigue. Les locaux viennent à la douche sans pudeur, tout le monde à poil et ça frotte ça mousse pour sortir comme un sous neuf après le travail du champs.

P1050466

Espèces protégée et très délicieuses…

P1050473

Rond point d’Eyumojok

P1050474

Bonjour Goudron Chinois

P1050480

Amboulance « Final Destination » ! Qui veut faire un petit tour ?

P1050497

P1050501

P1050505

Baignade

P1050506

Lavomatic

Depuis la Casamance au Sénégal, je n’avais pas rencontré de cyclo-voyageurs en route. Je fais la connaissance de Viktor un Russe/Autrichien qui était sur mes traces depuis quelques jours. Nous voyageons une paire de jours ensemble, mais nos rythmes, façons de voyager et notre interaction avec la population n’est pas vraiment identique…  Je continue seul après quelques nuits chez les Grassfields. La Saison des pluies se densifie et marque nos pauses à l’abri des trombes aqueuses, jamais à celui d’un sourire.

P1050511

P1050514

P1050552

P1050555

P1050569

Carburant du Cyclo

P1050572

P1050573

Huile de palme

P1050581

Transport de matériaux de construstion

P1050584

Sac à dos à tête

P1050588

P1050594

P1050596

Viktor

P1050598

P1050602

P1050605

Momo, un fleuve que je recroiserai 1000 kms plus loin au Sud avant de pénétrer le Congo. C’est aussi le nom de mon amie qui va me rejoindre dans quelques semaines 🙂

Cela monte petit à petit et l’humidité cède la place à la fraicheur, mes rencontres sont marquées au « vin blanc » que l’on m’offre partout. J’en profite pour sortir ma marionnette entre deux goulées. On me propose de découvrir l’extraction de ce bon jus de raphia.
Je suit mon guide dans la foret et nous grimpons dans les Raphias à une dizaine de mètres de hauteur pour récupérer ce que dame nature nous a concocté. On recueille entre cinq et dix litres du précieux nectar par arbre, une fois le matin et une fois le soir. Le jus frais ne contient pas beaucoup d’alcool et a un gout très doux, on peux le garder un ou deux jours pour fermenter le jus, la saveur devient plus âpre et alcoolisée.

 

P1050630

Récolte du « Vin blanc » vin de Raphia plus exactement.

P1050648

P1050656

P1050660

P1050669

Découverte de la marionnette et de sa manipulation

P1050670

Au bar ravin blanc

P1050674

Ici le « vin blanc » ça commence tôt

P1050680

P1050689

P1050692

Culture en terrasse

La végétation est moins luxuriante tout en haut, internet viens d’être remis dans la région, mais la connexion est hyper lente. Il paraît que ce sont les élections en France, j’obtiens le résultat du premier tour avec des papis qui écoutent la radio à Bali et me rends compte plus loin que ce sont d’autres résultats… Cette élection est très suivie au Cameroun :  » Eh Oui, vous êtes nos colonisateurs ! » me réplique-t-on !

Je suis surpris par la production agricole et la variété de nourriture. Le Cameroun est surnommé le « Grenier de l’Afrique », en effet il exporte beaucoup au Gabon et Congo dont l’économie ne repose que sur l’exploitation pétrolière.

On me dit souvent qu’en zone Anglophone il n’y a pas la tradition de la corruption, que cela vient des Francophones.

A oui,  au fait, le Cameroun, après le contrôle de ses côtes par les Portugais et Anglais, fut fin’Allemand colonisé par ces derniers. A la suite de la première guerre mondiale, le pays fût divisé en deux, la zone Anglophone frontalière du Nigéria qui représente un cinquième du territoire et la zone Francophone. L’indépendance de la République du Cameroun est proclamée sur la Zone Francophone et la partie Nord de la zone Anglophone rejoint quelques années plus tard la République du Cameroun qui devient alors une République Fédérale. Dans les années soixante la République du Cameroun d’Ahmadou Ahidjo mate l’opposition de l’UPC, qui prends forme chez les Bamilékés et les Bassas, avec l’aide de la France, en résulte un génocide de 300 000 personnes. « L’Unité » du pays a lieu en 1972 sous Ahidjo toujours, le Cameroun n’est plus une République Fédérale. En 1982 Ahidjo laisse son siège à Paul Biya, qui est l’actuel président du Cameroun…

Me voici à Bamenda, le chef lieu de la zone Anglophone du Nord-Ouest et le centre économique de la région d’où sont parti les manifestations en Novembre 2016. Les revendications des avocats Anglophones afin d’obtenir des textes de législations en Anglais sont suivie par une gréve des enseignants et rejoint par toute la population dont le sentiment d’abandon et de marginalisation du pouvoir centrale (Francophone) trouve expression dans ce mouvement. La Région est paralysée et les Anglophones désireux de travailler et de suivre leur scolarité sont contraints de rejoindre l’Ouest.

P1050697

Bali après la montée de la mort qui tue

P1050699

Un ptit Champi ?

P1050702

Les pins implantés au Cameroun par les Français sont à l’aise dans les hauteurs

P1050721

P1050725

P1050728

Taxi de Bamenda

P1050737

Bamenda

P1050746

Gallery d’Art avant le col de Bamenda

P1050760

Début du Col de Bamenda à Santa

P1050764

Bamenda

P1050767

P1050771

P1050778

P1050796

Marché de Santa, le haut du col

P1050797

Tout pousse à Santa ! On charge et Hop direction le Sud !

P1050803

On répare puis on repart, « si prête à Dieu »

Je redescend de la montagne à vélo… jusqu’à Bafoussam, le temps est couvert, les reliefs s’aplanissent.

P1050817

« Well Done Champions » La bière subventionnée à 500 Francs CFA ( moins de 1 euro ), l’affiche fait référence à l’équipe nationale de football qui vient de remporter la Coupe d’Afrique et ici le foot est trop populaire !

P1050823

La région de l’Ouest et ses cultures rebondies

P1050828

Ravitaillement, ravis taillons nous !

P1050859

Attention Religieuse

P1050865

P1050868

Miaouu

P1050870

P1050885

« Vive la Solidarité  » Je ne suis pas sur que toutes les pièces soient solidaires.

P1050889

Tous contre les chars lattant

P1050890

Bafoussam me voici

P1050892

Dj et Coiffeur, même combat !

P1050912

Surcharge pas niée

P1050914

Bafoussam

P1050926

Bafoussam dans la région Agricole de l’Ouest

P1050929

Slalom entre les taxis

L’arrivée à Bafoussam signe la fin des grandes montées en mode pédalage dans la semoule de manioc.

En voulant me ravitailler en eau dans une source que l’on m’a indiquée, je fais la connaissance de Martin et Aymar qui m’accueille à Bayangam, dans la concession de la famille. Ils sont réunis suite à la perte de leur grand-mère, dans le but de préparer au mieux l’enterrement à la fin du mois. Je suis convié à ces jours de recueillement.

Retour sur la route Nationale et ses avocats, son manioc et sa viande de brousse ! Entre les écoliers en uniformes, les astiqueurs de moto, les cabarets de « vin blanc », les paysans au champs et les porteuses d’eau, je me faufile vers Yaounde !

P1050934

La moindre parcelle est cultivée.

P1050945

Bayangam, écolières du matin

P1050962

Avocats

P1060008

Lavage de la moto « Le Noirocain » , le Marocain Noir quoi !

P1060028

Nouveaux Paysages

P1060037

Retour d’école dans la cuvette

P1060057

Roger, l’ancien bandit de Douala reconverti en paysan et père de deux enfants qui kiff Jacky Chan

P1060060

Barrage de Yaounde, un coup de « Vin blanc » de bienvenue avec la Police très détendue…

Ca y est ! Arrivée à Yaounde chez Albin, notre hôte à distance !
Je retrouve mon amie Momo à vélo dans quelques jours pour un tour de l’Ouest Camerounais !

Petite vidéo de ce parcours :

Retrouvez toutes les vidéos du parcours ICI