Archives mensuelles : janvier 2016

Le Sud Marocain !!!! Ouarzazate à Foum Zguid

Je retrouve Margot à Ouarzazate et nous chevauchons « Rose des Sables » et « Crin de Sable » pour un premier col avant de rejoindre les pistes longeant les palmeraies de la vallée du Draa.
1Margot, l’Australo-Frenchee en Btwin !

2

Premier obstacle, l’Oued Draa (Rivière) bloque le passage sur la première piste. L’eau est étrangement ocre rouge, car chargée de sédiments, or il n’a pas plu… Nous comprenons plus tard que c’est le barrage de Ouarzazate qui a lâché un peu d’eau pour alimenter la palmeraie. Ici ce barrage est mal vu puisqu’il sert principalement à arroser les golfs et hôtels au détriment de l’irrigation de la vallée du Draa. Demi-tour, retour à Agdz nous entamons une autre piste avant de passer la nuit au milieu des dattiers. Les invitations pour le thé sont fréquentes, nous acceptons celles qui font suite à une rencontre et quelques mots échangés en Marocain ou Chleuh. Et oui! Les habitants de cette vallée sont des berbères Chleuh. La piste met, enfin, à rude épreuve nos mollets et nos chambres à air. Nous survolons ainsi la vallée du Draa de pistes en pistes jusqu’à retrouver le bitume de M’hamid où nous franchissons la Jbel Bani, dernier pli montagneux avant de rejoindre le Sahara pour un campement sur les dunes de sables au clair de pleine Lune!

3Demi tour !

4Un pont qui relie la route à la piste !

5Push !

6Cela à l’air tranquille par là !

6eHop en route pour le thé !

7

7aPotier et four à l’ancienne !

8Kasbah

9Bindiz PARTY !

10Dernier col avant le Sahara

11Premier spot dans les dunes ! Margot au Feu !

12

Nous sommes au bout de la vallée, j’ai entendu parler d’une piste qui part de M’hamid vers Foum zguid et selon les renseignements récoltés de ci de là, ce chemin est plus ou moins praticable en vélo et comporte des parties jonchées de sable. Nous prévoyons quatre jours de traversée et faisons le plein de nourriture et d’eau avant de nous lancer. Nous rencontrons Said qui habite aux portes des dunes, il nous renseigne sur la piste et nous guide avec sa moto, suivi de son chien Toto, pour la première dizaine de kms le temps de passer les dunes de sable et de manger un délicieux Tajine, lors du Bivouac. Nos roues foulent l’Hamada, la partie sableuse est derrière nous et Said nous observe partir du haut de la dernière dune après m’avoir confié les précieux conseils qui nous guideront dans ce labyrinthe de pistes.

13Petit souvenir pour Said

14Ballade dans les dunes

15A boire pour les dromadaires

16Un petit thé chez Said

17Ready pour la piste !

18Double Push !

19Bivouac bien mérité, à l’abri du vent !

20Arrivée sur l’Hamada le lendemain avec Toto qui nous suit !

L’Hamada est un plateau désertique de pierres coincé entre la Jbel Bani (dernière chaine de montagnes) et les dunes de sables. C’est avec joie que nous retrouvons de la piste ferme entrelacée de sable et de cailloux, de rocher, de pierres… Bon en fait on se tape 60 bornes de piste caillouteuse sur 2 jours. Heureusement on fait le plein d’eau à la « Source Sacrée » véritable oasis au milieu de Walou (rien), un berger passe par là et nous déleste d’un bout de pain, un des rares 4*4 que nous croisons est plus généreux avec lui et c’est avec une bouteille de vin rouge à la main et un sourire aux lèvres qu’il repasse devant nous ! Le paysage est magnifique, à tribord la Jbel Bani qui revêt à tour de rôle sa robe pourpre du crépuscule, son voile violet s’effacent à mesure de notre progression et son velours doré s’offrant à nos yeux matinaux. Droit devant , la piste ou plutôt les pistes qui s’emmêlent, se séparent et se retrouvent, faites vos jeux, de pistes… Sur la gauche les grandes Dunes de Chegaga et le désert qui nous salue de son vent sableux n’ayant peu de peine à se faufiler entre les acacias majestueux, parsemant le paysage d’une verticalité assurée. Mais la nuit, tout se calme et les étoiles enchantent les cieux, dansent parfois à se bruler les ailes et se consument offrant à nos pupilles leurs ultimes révérences argentées, frêle sacrifice, intense éclat.

21Ouais ça roule, Raoul !

22Gloups ça roule un peu moins là, mais c’est tellement beau !

23ALevé de Sunshine on the camp spot

24aLet’s go, Attention aux épines d’acacia !

25 Levée de soleil avant Zaouia

Moyenne de deux crevaisons par jour, les spots de camping sont jonchés de piquants les « Bin’diz » véritables ennemis de la chambre à air, il sévissent le matin et achèvent en quelques kilomètres nos pneus fatigués de tanguer sur la rocaille hamadéenne! Ravitaillement avec pain de la maison et eau du puits à Zaouia où nous croisons un Imam à la retraite qui revient s’installer ici après 10 ans de bons et loyaux services aux Émirats Arabes! Un thé et ça repart. « A gauche après le barrage militaire » nous dit-on. Une grande étendu de terre lisse s’étale sous nos yeux, Welcome au lac d’Iriki. Mirage, l’eau n’y est plus, mais nous la voyons! Non! Mais si! Mais non… et enfin non, on nous confirme qu’il n’y a pas d’eau. Mac’ain mouchkil, nous glissons vent dans le dos sur cette surface polie, parenthèses irréelles sur notre chemin caillhotique, notre allure de 25 km/h nous parait fulgurante. Arrivée au checkpoint militaire, questionnaire, contrôle de passeports, demande de permission takiwalké, tout cela avec le sourire, bien sûr! Youhou, on a le droit de rouler sur la piste interdite! Foum Zguid n’est plu très loin est c’est au milieu d’un désert de pierres noires que nous trouvons une surface immaculée pour passer la nuit! Réveil orné d’une rencontre aviaire du cinquième type une Outarde Houbara se dirige bec et ongles vers nous, mange trois nouilles séchés, s’attaque à mes perles de rayons et joue finalement avec mon tendeur que je fais gigoter sous ses yeux éberlués. Nous empruntons une piste de moto, plus étroite, plus direct, moins ridée que la piste vieillie par le tonnage des 4*4 jouant au « Paris Dakar »! Ce fil d’Ariane nous mène à Foum zguid ou nous attendent un tajine et un tour au Hammam, Miam miam !

M’Hamid Foum zguid, 4 jours !

26Rencontre du désert

27Lac d’Iriki

28Piste de moto

29

30Dernier campement au couché de soleil

31L’Outarde Houbara ,peu houbarassé de nous voir !

32

33

35

36

37

38Arrivée à FOOOUUMM ZGUIIID ! Braaaavooooo Hanafiii !

Ouarzazate-Tiznit