Archives mensuelles : septembre 2016

Let’s Togo

Allez hop, assez trainé à Ouaga. Yves reste ici quelques temps, je repars seul après avoir surfé la vague de canicule avec mon valeureux co-équipier cuisto Italien. On se retrouvera sur les flots entre l’Asie et l’Amérique du Sud, car : « C’est pas l’Amérique ici ! » Bonne route à toi et surtout attention aux postes de contrôles déguisés en frontière !

P1170122

Petite étape au Sud de Ouaga, pour cette reprise, je m’arrète chez Rozène et Ihab à Kombissiri, ils travaillent dans le développement. J’ai rencontré plusieurs expatriés qui bossent dans le développement, la remise en question de leur tache est quasi systématique. Dur d’appliquer des méthodes occidentales, souvent alternatives, dans une culture où les habitudes ancestrales sont ancrées au sein de la population qui, à l’heure de la globalisation, se soucie plutôt de vivre, voir survivre, au jour le jour, tout en aspirant à une vie moderne, plus confortable.

Je reste une journée supplémentaire pour visiter une plantation de maringa, plante intéressante au niveau santé et nutrition.
Je rencontre Dada Padnemeshananda, un moine plus où moins bouddhiste qui gère cette production tout en s’occupant d’une école qu’il vient de faire construire, je repasserai par ici avec Suz’ pour proposer des ateliers aux enfants.

p1180239

p1180242

p1180245

p1180249

p1180260

Bifurcation plein Est pour choper la piste qui par vers Tenkodogo. Le soleil est au beau fixe et une petite pause « choukoutou » s’impose. Les habitués sont tous là, calebasse en main, remplies du précieux liquide fermenté. Les femmes d’un coté, les hommes de l’autre. On m’apporte un enfant qui a les yeux marron jaune et en souffre. J’explique que je ne suis pas médecin et donne quelques doses de sérum physiologique. Peu à peu, plusieurs personnes viennent à ma rencontre espérant que je puisse les soigner, je me sens un peu impuissant quand au diagnostique et aux médocs à donner…

p1180276

p1180280

p1180286

p1180287

Je croise le fleuve « White Volta » à Niaogho, ce village est connu pour ces « Italiens » homme Burkinabé qui sont partis pour l’Italie faire de l’argent à l’époque où le visa d’entrée n’était pas nécessaire. Cela explique les banques et constructions modernes au sein de ce village excentré des grands axes.

p1180292

p1180296

p1180299

p1180303

p1180307

p1180312

Je passe un poste de contrôle et ne tarde pas à me faire rattraper par deux gendarmes à moto. Deuxième fouille du voyage et au Burkina, le pays est en Etat d’Urgence…

Arrivée à Tenkodogo sous la pluie, je me rapproche un maximum de la frontière Togolaise avant la nuit et aperçoit le Ghana en contrebas.

p1180314

p1180325

p1180328

p1180335

p1180340

Visa à la frontière impeccable. Je m’enfonce rapidement dans la végétation, la vue des reliefs montagneux me réjouit !
Le maïs commence à être récolté. La nourriture se diversifie : soja, fromage de Peuls, fromage frit, maïs grillé, beignets de haricot, beignets de farine de blé sucrés/salés, gâteaux très durs, pâte de maïs bouillie dans feuille de Tek, pâte de maïs sucrée/salée, croustillants à base de cacahuète et piment, tangelos, oranges, carottes, caramels, citrons, Tapioca (boisson sucrée et fraiche à base d’igname et de lait concentré ) sans oublier le pain brioche un peu secos et le riz sauce bien pimenté !

p1180345

p1180346

p1180350

p1180351

p1180353

p1180358

p1180364

p1180369

p1180383

L’humidité se fait vite sentir, campement à la lisière d’une forêt dense. Je me réveille comme une fleur… Une tripotée d’abeilles ont décrété qu’elles allaient m’assaillir lors du remballage… Elles s’agglutinent sur mes poignées de guidon et mes vêtements tout en volant autour de moi. Je crois qu’elle cherchent le sel de ma transpiration… Rangement méthodique et calme, gestes lents et mesurés. J’en coince une entre ma sandale et mon pied… aïe ! une sous le genoux en m’abaissant… ouye et pour finir une sous la poignée du guidon…ouyouyouye ! Le bilan est léger, je m’en sors pas trop mal… Ouf, je regagne la route et sème mes fans zélés ailées…

p1180385

p1180390

Un petit col, un aéroport paumé, quelques bananes et une bonne douche sous la pluie (j’ai presque eu froid) et au dodo…

p1180398

p1180399

p1180402

p1180414

p1180418

p1180423

p1180426

Renouvellement du visa à Kara sans difficultés, achat d’une petite machette à l’aide du coiffeur de l’actuel Président Togolais, Président qui n’est autre que le fils de l’ancien Président, vive la démocratie! Bon au Togo, faut pas trop parler politique dans l’espace public encore moins à un inconnu. En général c’est le signe qu’un truc cloche même si « Le fils est mieux que le père » il faut entendre « le fils est moins pire que le père ». Quelques opposants balancés d’un hélicoptère à vingt kilomètres des côtes par « papa » ne vous diront pas le contraire… Le fils a au moins le mérite de refaire les routes. Que ne ferait-on pas pour le commerce ! « Votez pour un Togo Faure » les panneaux et les tee-shirt de campagne électorale sont toujours là.

p1180436

p1180439

p1180460

p1180462

p1180466

A oui au fait, tout le monde est à fond dans Dieu ici ! Une échope sur deux fait référence à Dieu, j’ai même vu : « Mécanicien, à cause de Dieu » , « Coiffure grâce divine ». Il y a une flanquée d’églises différentes : Vie profonde, évangélique, baptiste, ancien testament, protestante. Le point commun c’est qu’il il y a de la musique à fond, que les gens dansent, chantent, jouent de la musique, certain « prêtre » entre en transe en hurlant dans un micro qui sature les haut parleurs, pendant qu’un jazz épuré basse-batterie s’improvise dans l’église et que les fidèles répètent certaine phrases en choeur en bougeant…
L’église tient aussi le rôle d’un lieu de rencontre entre hommes et femmes, et oui c’est comme une discothèque ou une salle de concert avec une playlist bénit des cieux!

Qui dit montée… dit descente ! Et c’est après Bafilo que ça monte! Arrivé à Aledjo une nouvelle route qui bifurque à l’Est est construite ( merci les Chinois ) mais je vais prendre à droite pour passer par la Fameuse Faille d’Alejdo et plonger tête baissée dans un bout de forêt tropicale humide ! Youyou !!

p1180476

p1180488

p1180492

Oulah, un Togolais m’a rattrapé avec son vélo sur une moto ! Il me stoppe dans mon élan en m’interpelant : « Tu vas me donner la chance » « euhh, ouais d’accord, pas de problème » « Donne-moi les bons numéros de la loterie » « mais je ne les connais pas… »
Hahaha, il croyait ou voulait croire que je pouvais deviner les numéros qui allaient sortir ce soir… Ici la loterie marche d’enfer, tu peux parier à partir de 50 francs CFA (moins de 10 centimes d’euro). Il y a des personnes qui prennent les paris sur un calepin et puis moyennant une commission sur les gagnants il va porter les résultats à moto en ville et reviens avec les gains.

J’ai donc donné 6 numéros et entre temps un ami de mon pote de chance a consulté l’oracle que je suis pour tenter la chance avec mes numéros…

p1180493

p1180543

p1180544

Au final, je crois bien que j’ai donné un peu trop de ma chance, car peu après cette rencontre je me fais prendre par une saucée que mon appareil photo n’a pas vraiment apprécié…

p1180498

p1180499

La pluie est systématique toutes les nuits et afin de ne pas pourrir avec mes affaires, je me débrouille pour dénicher des toits jusqu’à mon arrivée à Tsévié, chez Maïthé. Le temps de tester quelques écoles et d’être l’attraction d’un village dont le chef m’offre 2 verres de Sodabi, à boire cul sec… ça défouraille bien l’estomac, mais à ce que mes hôtes disent, ça donne la force et la santé. Le Sodabi c’est l’alcool fort, local, il est obtenu par la distilation de vin de palme préalablement fermenté, ensuite chacun y ajoute les herbes et plantes qu’il veut. Il y a des mélanges à acheter tout prêt pour soigner tel ou tel mal. Par contre il y a aussi du faux sodabi, vendu au verre, en général dans les marchés, il s’agit alors d’alcool de pharmacie mélangé à quelques aromates. On reconnait vite en trempant à peine les lèvres, le gout est infect et le liquide s’évapore en deux secondes…

p1180501

Ici les peuls vivent à l’écart du grand axe Nord -Sud. Peuple d’éleveurs, ils fournissent le lait et les fromages qui sont revendus par la suite. Il y a beaucoup de tribus au Togo, je change de langue quasiment chaque jour…

p1180532

p1180535

p1180536

p1180541

J’arrive un Dimanche à Tsévié et enchaine avec un aller retour à Lomé pour faire ma demande de visa Béninois Lundi.

C’est nouveau, il faut une lettre d’invitation ou une réservation d’hôtel… M’étant grillé devant la consul, je dois demander une lettre d’invitation avec cachet de la police faisant foi… Heureusement, je suis en contact avec Carola qui va m’héberger chez elle à Cotonou lorsque Suz’ va me rejoindre. Carola m’envoi la lettre le jour-même, je rentre in extremis avant la fermeture du consulat… A savoir, les visa ne sont délivré que les vendredi, du coup je suis un peu bloqué dans le coin !

J’en profite pour rendre visite à David (professeur rencontré à Kara) qui s’occupe d’une association qui a crée une école à Djagblé (20 kms de Lomé centre) et une Bibliothèque qui propose des activités aux jeunes avec son animatrice Philomène. Je visite le site et loge deux nuits avec sa famille. Nous gardons contact afin de revenir y proposer le spectacle.

p1180568

Visa in the pocket, un dernier plouf au Togo avec Zélia et Julie, deux externes en médecine qui ont fait leur stage d’été en hopital à Lomé. Une expérience qui fait relativiser sur les moyens et conditions de travail ainsi que sur notre sytème de sécurité sociale, car ici, si tu n’a pas d’argent, tu crèves…

Formalités à la frontière Béninoise, premier contact chaleureux dans un boui-boui, qui ne sert pas à manger (on est dimanche) mais je finis avec repas + boisson offerts par la maison… L’objectif est de rejoindre Ouidah afin de gagner la route des pêches pour camper on the beach. ça c’était avant d’avoir la rue coupée par la fête de la Kaleta autrement dit la fête des revenants. Plusieurs ensembles de tambours semblent animer, de leurs rythmes, les revenants aux accoutrements hauts en couleurs ! Je sens que le Bénin va me plaire ! Je profite de ce spectacle, ananas coupé à disposition, jusqu’au couché de soleil, et reprends la route pour finalement skouater un préau d’école derrière des habitations. La plage ça sera demain ! J’ai même le temps de faire une après-midi playa et de découvrir à ma grande surprise, une pancarte : Atelier Nomade – Ecole Intrenationnale de Théâtre du Bénin .

Je visite le lieu avec Gervais, un étudiant de l’école, le Théâtre est magnifique, ce lieu semble sorti du sable à quelques enjambées de l’Océan. Une idée me passe par la tête… Ce serait un bon endroit pour faire notre résidence de création avec Suz’ …

20160902_162209

Le projet « Les Rayons de Soleil » s’enrichit du projet « La Lumière des Oranges », la mise en place d’un spectacle d’ombres et marionnettes itinérant !

La suite de l’aventure ICI et sur la page Facebook

Deux nouvelles vidéos sont également disponibles :

Mauritanie – Mars 2016

Moudou Ould Mattalla est un joueur Mauritanien de tidinite et guitare à Chinguetti.
Vous pouvez retrouvez son album « Guitare des Sables » ici

A retrouver sur la page « Musical » du menu « Canne à Sons »

« Esclavage en Mauritanie – Témoignages de militants abolitionnistes d’IRA Mauritanie »

A retrouver sur la page « Reportages » du menu « La roue tourne »