Archives mensuelles : septembre 2016

Bamako Ouagadougou Express

Bon… Plus que quelques jours de visas pour quitter le Mali. On décolle difficilement de Bamako, Yves découvre peu avant le départ que ses jantes se fissurent dangereusement, nous emprunteront donc le goudron qui va à Sikasso et oublions les pistes… De plus, nous aimerions rencontrer Yvon, un marionnettiste, à Koudougou (Burkina) avant son départ en France, c’est un peu la course.

p1170660

p1170677

p1170683

La saison des pluies commence et nous prenons notre premier orage en fin d’après-midi aux abords d’un village.
Les nuages noirs chevauchent le ciel à toute allure, le vent stoppe net… une nuée de poussière englouti le visible, le vent frappe les cases de terre et de paille. Juste le temps de nous mettre à l’abri dans une petite case ronde où l’on nous amène un banc. Les enfants restent avec nous pendant que le déluge commence.

Une bâche et hop, nuit partagée avec nos amies les fourmis rouges, qui nous gratifient de plusieurs souvenirs urticants.

p6090811

p6090818

Le lendemain, découverte d’un nouveau fruit que l’on nous offre. Sa chaire jaune/caramel sous sa fine peau verte recouvre un énorme noyau marron tout lisse. Le goût flirte avec la châtaigne et le topinambour. Il s’agit du fruit de Karité dont le noyau est utilisé dans la fabrication du beurre de Karité. Il y a également ce fruit acide « la liane » dont on suce, entre les graines, la chaire filandreuse orangée au cœur de son épaisse écorce. Les enfants vendent ces fruits issus de la cueillette sauvage.

Ce soir nous trouvons le toit d’une salle de classe pour passer la nuit. Nous assistons à un examen officiel, dont la dictée est très assistée par les commentaires du professeur. Et oui, cette école est le fruit d’un financement étranger et il faut justifier de bons résultats.

p6100832

p6110872

p1170700

p1170706

p1170712

p1170718

p6110882

p1170734

p1170757

p1170761

p1170763

p1170766

p1170776

p1170787

p1170790

p1170794

p1170795

La verdure apparait et tous les champs se préparent à accueillir la saison des pluies, dont dépendent de nombreuses familles qui vivent principalement de la récolte.

p6120922

p6130946

p1170812

p1170825

p1170844

p1170846

A une poignée de kilomètres avant la frontière Burkinabé, se trouvent les « Chutes de Farako », un bon plouf s’impose. Nous ne pouvons malheureusement profiter d’une nuit sur ce spot car nous consommons notre dernier jour de visa Malien.

p6140988

p6140996

p1170874

p1170878

p1170892

L’arrivée au Burkina est fêtée dans un « maquis » avec une « Brakina ». Le Ramadan est entamé depuis une dizaine de jours et je sens le contraste qu’il y a avec les derniers pays traversés ( Mauritanie/Sénégal/Mali ). Le Burkina est un pays où différentes religions se côtoient. L’ambiance est détendue, il y a des « maquis » et « cabarets » partout ( ce sont des bars ). Le pays sort d’une insurrection populaire qui a mis en fuite l’ancien président Campaoré ( il voulait modifier la constitution pour pouvoir se représenter une autre fois), cette belle démonstration de force populaire n’a servi qu’à élire un proche collaborateur de l’ex-président…

Frustrés de ne pouvoir profiter des chutes de Farako pour la nuit coté Malien, nous nous laissons guider par des enfants au bord d’un marigot. Yves joue avec les petits qui découvrent sa tente et font des acrobaties sur son vélo avant de chasser un écureuil qui finit par s’échapper.

p1170894

p1170895

p6141014

Au petit matin, le ciel se couvre d’un épais nuage noir. Abrités de la pluie sous la taule d’une boutique à Mahon nous sommes invités à rester dans le village. Visite, en voiturette Chinoise, des champs d’ana-cardes (arbres à cajous) de maïs et des vergers de manguiers greffés. Après une bonne cueillette de karités, mangues et pommes de cajous, retour au village pour une bonne nuit.

p1170917

p1170925

p1170929

p1170930

p1170934

p6151027

p6151031

p6151038

p6151039

p1170943

p1170960

p1170969

Nous dépassons Bobo furtivement, et essuyons chaque nuit des orages et vents violents dans nos tentes.
Un ex-légionnaire Français, revenu dans les rangs du Burkina à l’appel de Sankara, nous invite chez son frère, professeur à Pâ.
Un fois sur place nous campons devant chez lui et « Urgence » sa collègue nous cuisine un bon repas.

p1170990

p1170993

p1170998

p1180001

p1180004

p1180012

p1180018

p1180032

p1180039

p1180051

p6191259

p6191261

p6191262

Les puits sont délaissés, il n’y a pas de maintenance faite par l’état. Chacun se débrouille comme il peut, ici quelqu’un est chargé de récolter 5 ou 10 francs Cfa à chaque fois que quelqu’un se sert de la pompe.

Le soir, la cour de récréation se transforme en terrasse de maquis, les tables sont espacées de 10 bons mètres les unes des autres et munies d’une cloche à agiter pour commander. Il y a également le choix d’aller dans le maquis d’en face, celui avec la sono à fond jusqu’à 23h minuit.

Pratique et économique, tout le monde se déplace en vélo pour aller aux champs et transporter ses semences, sa charrue, ses outils et accessoirement, ses enfants. En ces temps de travaux agricoles, certaines familles, éloignées de leur terre, n’hésitent pas à dormir sur place afin de na pas rater le coche des premières pluies. Il va de soi qu’il n’y a aucun arrosage artificiel, il faut donc être à l’affut et croiser les doigts !

Rencontre avec Yvon et ses musiciens à Koudougou à la suite d’une belle piste et d’une dégustation de bière de Mil. Relaxation et découverte de ses marionnettes en calebasse et des instruments de Nofio et de son acolyte.
Le temps de se reposer chez Yvon et profiter de sa cour des miracles ombragée, car ça commence à tirer un peu les mumuscles. Nous passons une fête de la musique paisible aux sons de nos amis musiciens sous le regard du singe et de la tortue géante.

p1180059

p1180064

p1180066

p6201315

p6201318

p1180070

p6211347

p6211350

p1180087

p1180089

p6211374

p1180117

p1180126

p1180142

p1180150

p6231417

p6231434

p1180169

Nous débarquons à Ouagadougou chez Manon et Denis qui nous hébergent, sur fond de coupe d’Europe de foot. Je profite de la connexion internet pour préparer le projet « La Lumière de Oranges » avec Suz’ qui me rejoint dans quelques mois. L’idée est de créer un spectacle cyclo-nomade d’Ombres et Marionnettes en musique et en danse ! Tout un programme, car nous souhaitons être légers et autonomes en énergie…

Nous retrouvons « Urgence » alias Rosa pour fêter la fin du Ramadan avec sa famille Ouagalaise, miam miam !
Ici au Burkina, différentes religions cohabitent parfaitement au sein d’une même famille et tout le monde se retrouvent pour les fêtes des uns ou des autres. Un moyen de faire encore plus la fête, sûrement…

p1180183

Visa de l’entente refusé à un jour près… Il faut encore 2 mois de validité sur le visa Burkinabé pour l’obtenir ( et 25 000 Franc CFA ). Visa du Ghana refusé… Il faut une attestation de résidence au Burkina…
Pas d’ambassade du Togo et du Bénin à Ouagadougou.

La solution est de prendre le visa de 7 jours à la frontière avec le Togo (10 000 Francs CFA) et de l’étendre à un Mois au commissariat central de KARA dans le Nord ( gratuit, il faut plusieurs photos, on peut même prolonger d’un deuxième mois pour 10 000 Francs CFA supplémentaires )

J’assiste à la finale, France Portugal, enfin c’est un grand mot car la deuxième mi-temps souffre d’une coupure electrique sous un orage diluvien! C’est le Top départ pour moi, je retrouve Suz’ dans deux semaines !

p1180220

p1180237